Un yogourt avec sa compote de pommes

P2R_compote_pommes_2Dans l’absence de Tiphaine, qui merite bien son moment de congé, je reviens avec un article à l’honneur des pommes Juliet dans les paniers de cette semaine.

Tout d’abord, saviez-vous que la pomme Juliet est la seule pomme produite uniquement en version bio ? D’origine américaine, elle porte bien sa petite particularité : elle se défend naturellement contre les ravageurs et résiste à beaucoup des maladies connues des pommiers, y compris la tavelure.

A propos des pommes, nous avons publié beaucoup de recettes déjà sur ce blog : le risotto de Tiphaine tout récemment, le crumble, deux soupes, des beignets, et au four. On ne manque pas d’idées : tapez dans l’outil de recherche à droite, vous allez les retrouver !

Cependant, il y a une recette jamais publiée, celle de base (surtout pour nous qui ne sommes pas trop « pommes » !) : la compote. Pourquoi la mentionner ici ? Ben, parce qu’il existe autant de versions ! Vous n’avez pas besoin que je vous explique comment peler une pomme, la couper et la mettre dans une casserole à feu doux avec 2-3 cuillères d’eau. Mais avez-vous déjà pensé à d’autres saveurs, plus loin que la cannelle ou le clou de girofle ?

  • P2R_compote_pommes_1Le noix de muscade
  • Le gingembre
  • L’étoile d’anise
  • Les cinq épices
  • La cardamome

Aujourd’hui dans ma compote, j’ai rajouté une petite cuillère de noix de muscade, du poivre rose et un soupçon de vanille. Des saveurs acidulés et piquants, doux et subtil !

Vous avez d’autres suggestions ? Faites-les dans la boite à commentaires ci-dessous.

Puis pour déguster la compôte, rien plus savoureux qu’un yogourt fait maison. Oublions les petits pots du supermarché ! Pas de tout besoin non plus d’un équipement spécial (ces pots électriques des années 80 qu’on retrouve régulièrement à la brocante !). Laissez les bactéries bosser pour vous, car la méthode, elle est hyper simple ! L’équipement spécial, ce n’est qu’un pot avec son couvercle, sinon quelques boites à conserve.

Pour un litre de yogourt, vous avez besoin de :

Un litre de lait frais entier (pas homogéneisé)*
2 cuillères de yogourt nature

* On peut utiliser du lait écremé, ou du lait de soja, le résultat sera moins crémeux (bizarrement !).

  1. Faites chauffer le lait jusqu’à entre 80-85°C, ou jusqu’à le vapeur et que quelques bulles se forment.
  2. Laissez refroidir jusqu’à entre 45-50°C, ou jusqu’entre chaud et très chaud.Rajoutez les deux cuillères de yogurt nature et mélangez.
  3. Versez dans le pot et couvrez-le. Posez le pot dans un endroit chaud, avec une couvercle autour, et laissez les bacteries se développent pendant 4 heures.
  4. Dès que le yogurt est prêt, gardez-le dans son pot au frigo, pour que la réproduction des bactéries se ralentisse !

Si vous souhaitez du yogurt « grec », il faut le passer par une mousseline (dans une passoire) pendant 7-8 heures, pour extraire le petit lait et son acide lactique.

Salutations biennoises, et bon appetit !

Publicités

  1. Merci Verity pour cette chouette recette. Je vais tester aujourd’hui tes suggestions de compotes de pommes! au poivre rose, super idée!

    Je ne savais pas qu’on pouvait faire du yoghourt grec maison! Je vais tester aussi!

    • Salut Tiphaine (et quelle honte pour le retard !)
      Oui, le yogurt grec est si simple, et si bon ! Le « labneh » c’est presque la même recette, sauf que tu rajoute une petite cuillère à café de sel.
      Bon test !

  2. Merci Verity, mais il me faudra une deuxième essai pour le yogourt! Le lait n’a pas « pris », peut-être qu’il ne fait pas assez chaud chez moi (attendre l’été et le soleil qui tape sur le rebord de la fenêtre, ou l’hiver et son radiateur?) À moins que j’aie ébouillanté les bactéries avec un lait à 51ºC 😉

    • Hello Bénédicte ! Difficile te dire pourquoi le yogurt n’a pas « pris » sans le voir, mais j’imagine que c’est plutôt les 51° qu’un manque de chaleur chez toi. N’oublie pas non plus qu’ici à Bienne, nous avons toujours 2° moins que chez vous à Lausanne 😉 Mon yogurt passe ses 4 heures bien enveloppé dans une grand couverture et placé dans un endroit ensoleillée. Les bacteries sont vachement bien traitées !

      Essaie de nouveau, mais patiente encore quelques minutes avant de rajouter les bacteries.

      • Le coup de la couverture, je n’y avais pas pensé (eh oui, il faut bien dorloter ces petites bactéries qui nous fabriquent des bons yogourts!) Mais voilà Monsieut Soleil*, et ça commence à chauffer sous mon vélux. Affaire à suivre!
        En tout cas merci pour les idées de compote de pommes – je vais m’en servir pour la rhubarbe (cette semaine dans le jardin potager – miam)
        *j’espère aussi à Bienne

  3. Avec un thermomètre (à viande) et un gros cowl bien chaud, ça marche très bien, j’en suis déjà à ma troisième livraison de délicieux yogourt grec, miam!

  4. Pingback: Tzatziki de concombre à l’aneth | Les recettes du P2R

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s