Gado-Gado

Pas de panier cette semaine, vendredi saint oblige, mais tout de même une recette puisque j’ai oublié de vous en proposer une la semaine dernière.

HPHZ2702.JPG

Cette recette que j’ai ramenée d’un voyage à Bali est très commune dans toute l’Indonésie. Gado-gado pourrait se traduire par méli-mélo: on regarde les légumes qui nous restent dans le frigo, on les détaille en petits morceaux et on les cuit à la vapeur  en prenant soin de les garder croquants.  On peut rajouter des oeufs durs, du tofu ou du tempeh pour avoir sa ration de protéines, ainsi que des tomates crues, de la salade pour la fraîcheur… De toutes façons, le tout se sert à peine tiède.

ULMJ0385.JPG

Le délicieux secret de cette recette, c’est le Sambal kacang, la sauce aux arachides, servie également tiède, et dans laquelle on peut tremper les légumes en les mangeant à la main ou avec laquelle on les nappe avant de servir sur assiette (plus classe mais moins rigolo…). Et pour faire cette sauce, c’est tout simple: vous prenez les ingrédients ci-dessous et vous les mixer vigoureusement avant de chauffer doucement le tout.

1/2 tasse de purée d’arachides ou 250 g de cacahouètes
1 c. à soupe de sauce soya
1 c. à soupe de cassonade ou sirop d’érable
1 c. à soupe de jus de lime ou de citron frais
1 petite boite de lait de coco
Un chouïa de sauce rouge aux piments chili (au goût)

Ensuite, vous goûtez et vous n’hésitez pas à rajouter de tel ou tel ingrédient selon votre goût et votre humeur ou pour corriger la texture de la sauce.

Nafsu makan yang bagus!!!!

Publicités

Le choux de Bruxelles en fait des salades.

Disons le d’emblée, je n’ai jamais été très pote avec les choux de Bruxelles. La faute aux cantines de mon enfance scolaire et à l’odeur méphitique qui s’échappait des cuisines du collège des dix heures du matin pour se glisser sous les portes des classes pour venir nous chatouiller les narines. Immédiatement, l’espèce de bouillie verdâtre qui allait échouer dans mon assiette au repas de midi s’imposait à moi dans toute son horreur. Tant et si bien que la sonnerie de midi, ces jours là,résonnait pour moi comme un carillon funèbre.

Cette aversion primaire s’est radicalement évanouie il y a quelques années lorsqu’une amie m’a servi à l’improviste une salade de choux de Bruxelles. Fini ce côté spongieux, cette odeur de souffre et ce goût amer. J’ai découvert un légume croquant, délicieusement frais et acidulé. Alors, si, comme moi, vous êtes un traumatisé du choux de Bruxelles, cette recette est pour vous.

INGRÉDIENTS

⁃ 500 g de choux de Bruxelles

⁃ Le jus d’un citron

⁃ 3 gousses d’ail

⁃ 4 carottes

⁃ 1 plaque de tofu fumé (ou du lard pour les viandars)

⁃ 50 g de noix

⁃ Le jus d’une orange

⁃ Huile de colza, vinaigre, sel et poivre

PRÉPARATION

⁃ Détailler les choux de Bruxelles en fines lamelles avec un couteau (je déconseille la mandoline si vous ne voulez pas y laisser deux ou trois doigts). Les faire mariner quelques heures dans le citron et l’ail.

⁃ Râpez les carottes et les ajoutez avec les noix aux choux de Bruxelles.

⁃ Faire revenir le tofu en petits cubes dans une poêle. .

⁃ Rajoutez le sel, le poivre, le jus d’orange et l’huile. Un peu de persil pour la déco, ça fait pas de mal. Mélangez bien le tout et servez frais.

Ma pomme tombée dans les choux…

Ou le chou n’est pas obligé de finir en salade et la pomme en tarte….

 

Il y a quinze jours, victime d’une avalanche de choux rouges dans mon panier, je me suis décidé à consulter quelques ouvrages culinaires afin de dégotter une ou deux recettes qui m’éviterait la délicieuse mais trop répétitive salade de choux. C’est finalement dans Marmiton que j’ai pêché cette préparation étonnamment simple et goûteuse.

J’ai simplement remplacé le lard par du tofu Taïfun Black Forest (importé directement du Topinambour) pour préserver la paix dans mon ménage (et faciliter notre commune digestion nocturne…).


INGREDIENTS

1 demi chou rouge

2 pommes à cuir

2 tranches de lard fumé (ou 200 g de tofu fumé

Pommes de terre (selon votre appétit)

2 oignons

1 cuillère à soupe de vinaigre

Sel

Poivre

1 feuille de laurier


 

 REALISATION

Etape 1

Émincer le chou rouge, faire rissoler les oignons et les lardons (ou le tofu), ajouter les pommes coupées en lamelles, le chou rouge, un peu d’eau et laisser cuire 15 min.

Etape 2

Ajouter ensuite les pommes de terre coupées en quatre, le laurier, le sel le poivre et le vinaigre. Laisser cuire 45 min en surveillant. Vous pouvez également cuite les pommes de terre à part à la vapeur pour éviter qu’elles ne rosissent en contact avec les choux.

Etape 3

BON APPÉTIT !

Courge en salade

Encore de la courge se sont dit certains en recevant leur panier cette semaine… « De la soupe, j’en ai déjà fait trois fois cet hiver, à l’indienne avec du lait de coco aussi, à la japonaise avec de la sauce soja aussi, sucré sous forme de tarte idem… ».

Mais avez-vous déjà essayé la version crue en salade? Certes, la Butternut présente dans le panier cette semaine s’y prête moins que la Bleue de Hongrie que j’avais dégottée sur le stand d’Hector Silva au marché de Lausanne il y a un mois. Mais cette recette demeure sacrément rapicolante et pleine de fraîcheur en attendant que pommées et autres feuilles de chêne pointe le bout de leur joli nez vert au printemps.

IMG_6445.JPGINGREDIENTS (pour 1 personne en plat principal, 2 en entrée)

  • 1 quartier de courge  (260 g avec graines et peau)
  • 1/2 pomme (100 g)
  • 15 g de graines de courge torréfiées (passées rapidement à sec à la poêle)
  • 8 g de graines de lin torréfiées
  • Un peu de persil ciselé (pour la couleur)
  • Vinaigrette: 1 c à c de moutarde, 1 c à s d’huile de courge ou de noix, , 1 c à s de vinaigre de cidre ou de pomme, 1 c à s d’eau, sel et poivre.

PREPARATION

Retirer les pépins et la peau de la courge, épépiner la pomme et râpez tout cela gaillardement. Mélanger avec la vinaigrette et laissez reposer au frais une petite demi-heure.

Servez la salade en la parsemant de graines et de persil.

IMG_6446.JPG

OKONOMIYAKI: l’omelette à la Japonaise

IMG_6312

Certes, vous ne trouverez pas de chou frisé ou pointu dans vos paniers cette semaine, mais, comme l’hiver est loin de toucher à sa fin, ils devraient à nouveau se pointer d’ici peu. Ce qui me permet de profiter du passage d’une amie japonaise à la maison, Tsubasa, pour vous proposer sa recette exclusive de l’okonomiyaki (on peut traduire ce terme par « grillé comme vous voulez »), l’omelette à la japonaise.
Ce plat roboratif, très populaire, à base de chou est très facile à réaliser et permet souvent à la ménagère ou au ménager (ça existe ?) nippon de régaler d’impromptus convives avec ce qu’elle trouve dans son frigo. Car à une base d’œufs, de farine et de chou coupé finement en lanières on peut ajouter viandes, fruits de mer ou champignons (shitakee ou pleurote du panicaut pour une version végétarienne). Les habitants d’Hiroshima n’hésitent pas, eux, à rajouter des spaghetti dans leur okonomiyaki….

 

Ingrédients nécessaires (recette de Kyoto). Pour 4 personnes:

Épicerie japonaise (Uchitomi à Lausanne)

400 g de farine assaisonnée pour okonomiyaki

Sauce okonomiyaki

Gingembre rouge mariné beni shoga

Algue ao-nori

Flocons de bonite séchée (facultatif)

Épicerie européenne

200 g de porc ou de lard, en fines tranches

Poulpe cuit en fines tranches (facultatif)

Crevettes crues (facultatif)

4 dl. d’eau

2 œufs

200 g de chou frisé ou pointu ou chinois en fines lanières

2 ciboules, en fines lanières

2 cuillères à soupe d’huile végétale

1 tube de mayo

 

VAXT3512

Réalisation

  • Mettre la farine dans un bol moyen. Ajouter peu à peu l’eau et les œufs en mélangeant rapidement jusqu’à l’obtention d’une pâte homogène un peu plus épaisse qu’une pâte à crêpes..
  • Incorporer le chou, les ciboules, et 2 c. à soupe de gingembre rouge.
  • Faire chauffer une crêpière électrique ou une poêle légèrement graissée avec de l’huile. Y faire revenir rapidement un peu de viande et/ou fruits de mer et/ou champignons. Verser ensuite un quart de la préparation précédente dessus pour former, en ramenant les bords, une galette de 20 cm de diamètre et deux centimètres d’épaisseur. Faire cuire une dizaine de minutes en couvrant avec un couvercle bombé (c’est très important pour que l’okonomiyaki soit bien cuite tout en restant moelleuse).
  • Retourner l’omelette et la cuire dix minutes de plus toujours sous un couvercle.

Service

Avant de servir la crêpe,  la hachurer de sauce okonomiyaki dans un sens, puis  de mayonnaise dans l’autre (c’est plus joli que ce que vous voyez sur la photo mais on avait seulement un pot de mayonnaise à disposition). Ajouter la poudre d’algues ao-nori et les flocons de bonite séchée. Ces derniers sont facultatifs mais ils bougent joliment avec la chaleur quand vous servez la crêpe et que vous vous la partagez à table entre amis.

 

ITADAKIMASU !

Caldo Verde à la portugaise

Ce soir, petit détour par la péninsule ibérique avec une recette adaptée d’un grand classique portugais: le Caldo Verde – littéralement « bouillon vert ». Cette soupe roborative originaire du nord, ultra simple à réaliser, est à base de choux vert et de pommes de terre. Normalement, on utilise le chou vert portugais (dit aussi chou de Galice), une variété aux immenses feuilles plates d’un beau vert émeraude que l’on peut apercevoir en Suisse dans de nombreux jardins urbains. A la fin de l’hiver, comme les feuilles sont enlevées au fur et à mesure, on le remarque à ses tiges de plus d’un mètre coiffées d’un charmant toupet

Mais le chou plume, placé cette semaine dans le panier pour deux, convient parfaitement. Et comme j’avais le temps, je vous propose également une version végétarienne et plus fit où le chorizo cède gentiment sa place au tofu fumé.

 

IMG_6251

 

Ingrédients pour 4 personnes

– Huile d’olive
– 3 ou 4 gousses d’ail hachées
– 1 oignon haché
– 200 g de chou plume
– 750 g de pommes de terre coupées en dés
– Sel & poivre
– ½ citron
– 180 g de chorizo coupé en fines rondelles ou de dés de tofu fumé pour la version végétarienne.

Préparation

Chauffer 100 ml d’huile d’olive dans une grande casserole. Ajouter l’oignon et l’ail hachés et faire revenir jusqu’à ce que l’oignon devienne tendre et transparent, sans faire brûler.

Ajouter les dés de pommes de terre et mélanger. Arroser avec 1,5 l d’eau chaude et porter à ébullition. Couvrir à moitié et laisser frémir à feu moyen pendant environ 20 minutes. Saler et poivrer.

Pendant ce temps-là, enlever les nervures du chou plume et le couper en fine julienne,

Retirer la casserole de la chaleur et mixer la soupe à l’aide d’un mixer plongeant. Si la soupe paraît trop épaisse, ajouter un peu d’eau. Remettre la casserole sur le feu et porter à ébullition.

Faites revenir les rondelles de chorizo à sec dans une poêle ou les dés de tofu fumé. Les rajouter ainsi que le chou à la soupe et faire cuire encore pendant encore 8-10 minutes. Rectifier l’assaisonnement et retirer la casserole de la chaleur. Arroser avec un filet d’huile d’olive et le jus de citron.

 

BOM APETITE !

Purée, encore des betteraves!!!!

Voici une recette aussi simple et rapide à préparer qu’à poster en catastrophe un dimanche soir après avoir été bloqué à la gare de Fribourg pendant deux heures suite à ce que les CFF désignent par l’affreuse périphrase « accident de personne ».

De retour en Suisse , après quelques jours en France, je téléphone affolé à ma compagne pour lui demander le contenu du panier p2r et si, par le plus heureux des hasards, elle n’aurait pas préparé avec l’un ou l’autre produit un plat du souper qui m’attend à la maison. Eureka! La fameuse purée de betterave, yaourt et zaatar de Yotam Ottolenghi est au menu et voici donc, en catastrophe, la recette ainsi que les photos. Merci Mimi!!!

Ingredients:

900 g de betteraves

2 gousses d’ail écrasées

1 petit piment rouge épépiné et émincé finement

250 g de yaourt grec

1 1/2 c. à soupe de sirop de datte (ou poire ou érable)

3 c. à soupe d’huile d’olive

1 c. à soupe de zaatar ( chez l’arabe du coin).

Pour la garniture:

Oignons nouveaux finement tranchés ou persil.

15g de noisettes grillées et concassées.

60 g de fromage de chèvre tendre émietté (ou fêta)

Préparation

Cuire les betteraves entières au four à 200 degrés jusqu’à ce qu’elles soient tendres ( 1 h environ)

Les éplucher une fois refroidies.

Réduire en purée les betteraves coupées en morceaux, l’ail, le piment et le yaourt.

Incorporer le sirop de datte, l’huile, le zaatar et 1 c. à café de sel.

Servir parsemé de la garniture.

PS: les vegans peuvent remplacer le yaourt par du tofu soyeux et le fromage de chèvre par du vent….

Tarte aux noix, poires et Sapalet.

 

Bonjour et bon appétit!

Dans le panier cette semaine, des noix et des poires, histoire de nous rappeler que l’automne est bien là.

Cela m’a donné envie de réinterpréter une vieille recette qu’une de mes nombreuses belles-sœurs m’avait confiée sous le sceau du secret: la tarte au roquefort, aux poires et aux noix.

A l’origine, donc, la recette se fait avec du roquefort que j’ai remplacé présentement par un bleu bio de brebis du Sapalet (www.sapalet.ch) qui peut être remplacé par un Bleuchâtel ou un Jersey pour ceux qui, comme moi, veulent favoriser les produits de proximité.

A l’origine, toujours, on utilise pour le fonds de tarte de la pâte feuilletée. Mais à moins que vous ayez décroché un diplôme de pâtissier, faire soi- même une pâte feuilletée est une épreuve pire que monter un meuble Ikea. Allergique aux pâtes industrielles qui, même bios, renferment souvent de l’huile de palme, des colorants et autres conservateurs, j’ai opté pour une bonne vieille pâte brisée composée d’un mélange de 100 g de beurre et de beurre clarifié, associés à un mélange de 200 g de farines de blés anciens de Cédric Cheseaux et de sarrasin, plus une bonne pincée de sel. Car, comme le disait ma grand- mère, une tarte c’est avant tout une pâte, et vous devriez pouvoir la manger seule, comme un biscuit, en vous régalant…

Mais là, en l’occurrence, vous allez la garnir, une fois étalée, d’une trentaine de cerneaux de noix en petits morceaux, de 250 g de bleu également en petits morceaux, de 4 poires non épluchées coupées en petites tranches, le tout recouvert d’un appareil composé de 4 œufs battus avec 200 g de crème fraîche. Sel et poivre à volonté

40 Minutes au four à 180 degrés et le tour est joué.

PS 1:  si vous voulez une version plus légère et moins animale vous pouvez remplacer les beurres par une huile d’olive ou de coco et la crème par du tofu soyeux.

PS 2: un truc que j’ai découvert récemment pour étaler vos pâtes à tarte sans vous retrouver avec un puzzle 40 pièces à assembler sur votre plaque à gâteau. Le rond de tissu imprégné de cire d’abeille de http://www.eco-tsapi.ch. Vous étalez votre pâte dessus et retournez le tsapi sur la plaque à gâteau exactement aux bonnes dimensions. Et ensuite, le même tsapi remplace l’affreux aluminium pour couvrir le reste de tarte. Même si, en général, il n’en reste pas…