Gado-Gado

Pas de panier cette semaine, vendredi saint oblige, mais tout de même une recette puisque j’ai oublié de vous en proposer une la semaine dernière.

HPHZ2702.JPG

Cette recette que j’ai ramenée d’un voyage à Bali est très commune dans toute l’Indonésie. Gado-gado pourrait se traduire par méli-mélo: on regarde les légumes qui nous restent dans le frigo, on les détaille en petits morceaux et on les cuit à la vapeur  en prenant soin de les garder croquants.  On peut rajouter des oeufs durs, du tofu ou du tempeh pour avoir sa ration de protéines, ainsi que des tomates crues, de la salade pour la fraîcheur… De toutes façons, le tout se sert à peine tiède.

ULMJ0385.JPG

Le délicieux secret de cette recette, c’est le Sambal kacang, la sauce aux arachides, servie également tiède, et dans laquelle on peut tremper les légumes en les mangeant à la main ou avec laquelle on les nappe avant de servir sur assiette (plus classe mais moins rigolo…). Et pour faire cette sauce, c’est tout simple: vous prenez les ingrédients ci-dessous et vous les mixer vigoureusement avant de chauffer doucement le tout.

1/2 tasse de purée d’arachides ou 250 g de cacahouètes
1 c. à soupe de sauce soya
1 c. à soupe de cassonade ou sirop d’érable
1 c. à soupe de jus de lime ou de citron frais
1 petite boite de lait de coco
Un chouïa de sauce rouge aux piments chili (au goût)

Ensuite, vous goûtez et vous n’hésitez pas à rajouter de tel ou tel ingrédient selon votre goût et votre humeur ou pour corriger la texture de la sauce.

Nafsu makan yang bagus!!!!

Publicités

Salade de patate douce

Une salade avec tout ce que nous aimons: la douceur de la patate douce, soulignée par le sirop d’érable, le citron et l’ail pour un peu de pep, les épinards et la pomme pour la légèreté et le petit extra de fromage de chèvre, du blanc de blanc sur ce feu d’artifice de couleurs réunis en une salade!

Elle accompagnera non seulement parfaitement vos grillades pour ce début de la belle saison mais s’apprête également à être dégustée en solo.

Lire la suite

OKONOMIYAKI: l’omelette à la Japonaise

IMG_6312

Certes, vous ne trouverez pas de chou frisé ou pointu dans vos paniers cette semaine, mais, comme l’hiver est loin de toucher à sa fin, ils devraient à nouveau se pointer d’ici peu. Ce qui me permet de profiter du passage d’une amie japonaise à la maison, Tsubasa, pour vous proposer sa recette exclusive de l’okonomiyaki (on peut traduire ce terme par « grillé comme vous voulez »), l’omelette à la japonaise.
Ce plat roboratif, très populaire, à base de chou est très facile à réaliser et permet souvent à la ménagère ou au ménager (ça existe ?) nippon de régaler d’impromptus convives avec ce qu’elle trouve dans son frigo. Car à une base d’œufs, de farine et de chou coupé finement en lanières on peut ajouter viandes, fruits de mer ou champignons (shitakee ou pleurote du panicaut pour une version végétarienne). Les habitants d’Hiroshima n’hésitent pas, eux, à rajouter des spaghetti dans leur okonomiyaki….

 

Ingrédients nécessaires (recette de Kyoto). Pour 4 personnes:

Épicerie japonaise (Uchitomi à Lausanne)

400 g de farine assaisonnée pour okonomiyaki

Sauce okonomiyaki

Gingembre rouge mariné beni shoga

Algue ao-nori

Flocons de bonite séchée (facultatif)

Épicerie européenne

200 g de porc ou de lard, en fines tranches

Poulpe cuit en fines tranches (facultatif)

Crevettes crues (facultatif)

4 dl. d’eau

2 œufs

200 g de chou frisé ou pointu ou chinois en fines lanières

2 ciboules, en fines lanières

2 cuillères à soupe d’huile végétale

1 tube de mayo

 

VAXT3512

Réalisation

  • Mettre la farine dans un bol moyen. Ajouter peu à peu l’eau et les œufs en mélangeant rapidement jusqu’à l’obtention d’une pâte homogène un peu plus épaisse qu’une pâte à crêpes..
  • Incorporer le chou, les ciboules, et 2 c. à soupe de gingembre rouge.
  • Faire chauffer une crêpière électrique ou une poêle légèrement graissée avec de l’huile. Y faire revenir rapidement un peu de viande et/ou fruits de mer et/ou champignons. Verser ensuite un quart de la préparation précédente dessus pour former, en ramenant les bords, une galette de 20 cm de diamètre et deux centimètres d’épaisseur. Faire cuire une dizaine de minutes en couvrant avec un couvercle bombé (c’est très important pour que l’okonomiyaki soit bien cuite tout en restant moelleuse).
  • Retourner l’omelette et la cuire dix minutes de plus toujours sous un couvercle.

Service

Avant de servir la crêpe,  la hachurer de sauce okonomiyaki dans un sens, puis  de mayonnaise dans l’autre (c’est plus joli que ce que vous voyez sur la photo mais on avait seulement un pot de mayonnaise à disposition). Ajouter la poudre d’algues ao-nori et les flocons de bonite séchée. Ces derniers sont facultatifs mais ils bougent joliment avec la chaleur quand vous servez la crêpe et que vous vous la partagez à table entre amis.

 

ITADAKIMASU !